Lorsqu’on décide de travailler dans la menuiserie, notamment celui des fenêtres – que l’on souhaite à changer ou à poser une fenêtre soi-même ou que l’on fasse appel à un professionnel – il est important de savoir utiliser le bon jargon (celui des professionnels) pour se faire bien comprendre et obtenir les informations nécessaires à la réalisation de sa menuiserie fenêtre.

Composition d’une fenêtre

Une fenêtre est composée de divers éléments, eux-mêmes posés et installés sur d’autres composants qui vont déterminer le type de fenêtre dans son entièreté et ses détails. Que ce soit pour une fenêtre en alu, en bois, en PVC, quel que soit le type de projet pour la fenêtre, il faut apprendre à utiliser le jargon professionnel.

Exemples du lexique de menuiserie liée à la fenêtre

Voici donc quelques termes qui peuvent se retrouver souvent dans les descriptions et installations de fenêtres.
Par ordre alphabétique, on peut retrouver dans une liste non exhaustive :
. l’allège qui est un élément soutenant une fenêtre ;
. un appui de fenêtre qui est une paroi sous la fenêtre ;
. une baie qui est une ouverture dans un mur pour créer une fenêtre ou une porte ;
. des battants qui sont la partie mobile de la fenêtre ;
. le caisson qui est le boitier dans lequel s’enroule un volet roulant ;
. le châssis, l’encadrement d’une ouverture ;
. la crémone qui est une ferrure qui est reliée au châssis et sert à l’ouverture au moyen d’une poignée ;
. les dormants qui sont la partie fixes de la menuiserie dans laquelle vient s’intégrer la partie mobile
. la gâche qui est une partie métallique fixée sur le dormant ;
. le gond qui est une pièce métallique autour de laquelle s’articule un battant de fenêtre ;
. l’imposte est la partie fixe ou mobile au-dessus de la fenêtre, etc.

D’autres termes existent bien entendu comme le linteau, le meneau, le monobloc, le montant, la paumelle, la pareclose, le tablier, la traverse, le vantail.