Lorsqu’on désire poser soi-même une fenêtre dans sa maison, que ce soit pour une rénovation ou une construction neuve, il existe toujours les mêmes méthodes, un matériel à avoir. Il ne faut pas oublier les travaux préparatoires comme la prise de mesures en hauteur et en largeur, la préparation de la menuiserie si besoin et la maçonnerie en elle-même pour que l’ensemble soit de niveau.

Types de pose

Toutefois, pour l’installation de fenêtre, il existe plusieurs types de pose.

On retrouve la pose en applique qui est le type de pose le plus fréquent car il intègre la mise en place d’une isolation intérieure : la fenêtre est alors posée en applique contre le mur extérieur et vient récupérer l’épaisseur due à l’isolant. Cette technique est pratique et parfaite pour obtenir le maximum de surface vitré. Pour ce type de pose, il est préférable de prendre les mesures horizontales en deux points différents et de conserver les plus petites et de faire la même opération dans le sens vertical.

L’autre pose est la pose dite en rénovation : la nouvelle fenêtre vient se poser sur l’ancien dormant qui est conservé, la fenêtre est généralement conçue pour s’adapter aux dimensions exactes du bâti existant. Il est important que le bâti soit sain et de prendre les dimensions intérieures du dormant, aussi bien en horizontal qu’à la verticale.

L’autre pose est la pose en tunnel où la fenêtre est posée dans l’épaisseur du mur (très épais).

Avoir un bon matériel

Toutes ces étapes, toutes ces poses ne sont pas possibles sans un bon matériel et c’est pourquoi on conseille souvent d’avoir près de soi une perceuse perforeuse, un burin, un marteau, un fil à plomb, un niveau à bulles, un mètre-ruban, un tournevis, des cales en bois, des chevillettes mais aussi des pattes de scellement, des pattes équerres, du mastic.