Les volets roulants en PVC ou en aluminium sont littéralement plébiscités pour leur côté pratique, sécurisant et économe en énergie. Il existe néanmoins des disparités de prix, en fonction que l’on choisisse tel ou tel matériau ainsi que l’option manuelle ou automatique. Tour d’horizon.

On évite les premiers prix et les mauvaises surprises

Le b.a.-ba du volet roulant c’est évidemment le modèle à tirage manuel en PVC que l’on trouve pour des prix modiques (à partir de 60 euros en grandes surfaces de bricolage). Quasi préhistorique désormais, il est d’un intérêt pratique discutable. On lui préfère le modèle électrique automatisé en PVC ou aluminium, le premier matériau étant meilleur marché que le second. Pour l’un ou l’autre, on écarte les premiers prix au risque de pannes intempestives qui vous obligeront à changer plutôt qu’à réparer. Intérêt nul, donc.En revanche, on trouve des équipements en PVC affichant un bon rapport qualité-prix à partir de 150 euros pour une fenêtre, 200 pour une porte, en fonction de la taille et de la marque (modèles standard) et disposant pour la plupart d’entre eux de dispositifs anti-relevage et crochetage.

Attention : pas de PVC sur de grandes surfaces type baies vitrées, il s’abîme rapidement face aux affres du temps. Si l’on choisit l’aluminium, on opte pour le champion de la solidité. Il est néanmoins plus cher, mais avec lui on a le choix d’une large gamme de couleurs, contrairement au PVC qu’il vaut mieux garder dans des tons clairs pour éviter qu’il « vire ». Comptez à partir de 200 à 400 euros pour des équipements de qualité en alu habillant fenêtres et portes standard.

Le crédit d’impôt, l’une des raisons d’un succès

Pour ses capacités isolantes et donc les économies d’énergie (et donc financières aussi !) qu’il permet de réaliser, le volet roulant représente un des équipements phares éligibles au crédit d’impôt. Un point qui explique en grande partie son succès actuel auprès des consommateurs. L’installation de nombreux modèles donne effectivement droit à remboursement (jusqu’à 30%) du montant des travaux effectués.

Seul impératif pour que vous puissiez bénéficier du crédit : que vos volets roulants aient été achetés chez un professionnel et installés par ses soins, pouvant de surcroît se prévaloir, à partir de juillet 2015, du label RGE « Reconnu comme garant de l’environnement ». On fait attentivement ses calculs pour voir si le crédit d’impôt est vraiment avantageux car au prix de l’équipement s’ajoutera celui de la pose par un professionnel, forcément plus cher que l’achat en grande surface de bricolage.