Des plus rudimentaires aux plus sophistiqués, la plupart des volets peuvent s’installer soi-même à condition d’être un brin bricoleur. La palme de la simplicité revient aux volets battants et aux volets roulants solaires qui ne requièrent aucune aptitude particulière. Pour les volets roulants PVC et aluminium on y réfléchit à deux fois et on fait ses calculs puisque l’achat et la pose par un pro rendent éligible au crédit d’impôt et offrent des garanties appréciables en cas de panne.

Le bois et le solaire en toute autonomie

La question de la pose des volets peut orienter dans le choix de son équipement. En cas de budget serré et d’aptitude au bricolage, on opte pour le volet battant en bois. En sapin et de taille standard, on en trouve dès 70 euros en grande surface de bricolage. Dans le cas d’un remplacement, on pose soi-même sur les gonds existants. Ultra pratique et simplissime. Sinon, on tente un peu de maçonnerie et le tour est joué.

Pour éviter de se hasarder dans une installation électrique et de faire des trous dans un mur ou un toit, les volets roulants solaires représentent également une solution intéressante. Néanmoins plus chers à l’achat (entre 600 et 800 euros pour une fenêtre de toit), ils sont en revanche très pratiques à poser soi-même et fonctionnent grâce à l’énergie solaire qui alimente le mécanisme de relevage.

Volets roulants : la pose par un pro pour une garantie

Si vous vous sentez capable d’installer vous-même un volet roulant manuel ou automatique, la plupart des sites internet des grandes enseignes proposent des tutoriels vidéo décrivant avec précision chaque étape de la pose. Mais attention ce n’est pas chose aisée.

Dés lors que l’on opte pour un volet roulant électrique automatisé en PVC ou aluminium, mieux vaut s’allouer les conseils et le support d’un professionnel du volet. Certains pratiquent des prix dès 150 euros la pose pour chaque volet (auquel il s’agira éventuellement d’ajouter le prix d’un raccordement électrique et bien sûr le prix du volet lui-même), et vous permettent de bénéficier d’une garantie. Et en cas de panne du mécanisme (que l’on vous déconseille de tenter de réparer vous-même !), vous pourrez en outre avoir recours à son assistance.

C’est également à la seule condition de faire appel à un professionnel, de surcroît labellisé RGE « Reconnu comme garant de l’environnement » (indispensable à partir de juillet 2015) que vous pourrez bénéficier du crédit d’impôt consenti par l’État en cas d’installation de volets roulants reconnus pour leurs qualités isolantes. Ce dispositif permet d’être remboursé jusqu’à 30% du montant des travaux. Indispensable de faire ses calculs, donc.